Texte

Le grignotage des enfants joue un rôle dans l’apprentissage des habitudes alimentaires : enquête ethnographique de Nicoletta Diasio à Paris et à Rome

Friandises, petits trucs, goûters, merendine, cose belle et buone, sfizi : ces mots renvoient aux pratiques de grignotage enfantin observées par Nicoletta Diasio dans des familles à Paris dans le Marais et à Rome dans le Torrino, deux quartiers semblables par leur population plutôt aisée voire branchée et symétriques par leur emplacement, l’un au centre de la ville, l’autre à la périphérie.

C’est passionnant en effet de lire tout ce que le grignotage, souvent interprété comme une infraction aux règles du « manger sain », peut raconter sur la façon dont « les enfants incorporent, en mangeant des exceptions, les frontières entre conduites permises ou interdites, entre jeu et aliment entre temps institutionnel et temps personnel, entre espace domestique et espace public, entre codes de communication » !

Nicoletta Diasio nous montre comment les « bricolages personnels » autour du grignotage sont des outils d’apprentissage de l’expérience individuelle et des interactions sociales. Et elle nous décrit le grignotage comme support de tout un art de convaincre à travers supplications et chantages qui constituent des échanges où les enfants apprennent en creux et par le jeu les normes qui ne sont pas négociables et où les parents doivent savoir s’orienter dans un système de messages contradictoires. Ce qui, pour l’auteur, requiert « des compétences et des astuces que seule la culture, stratégie sans stratège, peut fournir » …

Lire le texte exclusif de Nicoletta Diasio