Texte

« Enjeux et souffrances à l’adolescence autour d’une pratique culturelle : le repas »

Louis Mathiot, aujourd’hui en thèse de sociologie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg a consacré un mémoire de maitrise à la question du repas vu et vécu par des adolescents entre 16 et 18 ans vivant dans des cadres familiaux très différents : « Enjeux et souffrances à l’adolescence, autours d’une pratique culturelle : Le repas » ou comment au travers du repas, de son déroulement, des mets servis ou non, des discussions ou du silence autour de la table les relations familiales sont décryptées et analysées.

L’originalité de ce travail réside tout d’abord dans la forme même, à savoir une grande partie consacrée aux entretiens, à la glose, à la relation établie entre l’apprenti sociologue d’alors et les adolescents. La taille de l’échantillon ne vise pas la représentativité mais est un exercice de sociologie qualitative particulièrement fine qui s’appuie en plus sur une base théorique solide (la première partie de ce mémoire revient sur l’état de la question et la méthodologie).
Le travail de terrain a été abordé avec un certain nombre d’hypothèses construites autour des questions suivantes : pour l’adolescent, quels enjeux spécifiques se construisent autour du repas ? Ces enjeux diffèrent-il selon les genres ? Est-ce que les recompositions familiales changent cette pratique culturelle du repas et quel regard l’adolescent porte-t-il dessus ? Enfin quelles souffrances en découlent ?

Les entretiens dévoilent la relation familiale et donc sociale qui se construit autour du manger, et soulignent sa richesse mais également ses failles analysées en troisième partie.
Mémoire préparé sous la direction de Nicoletta Diasio, et lu par David Le Breton.

Consulter le texte :