Texte

Alimentation, diététique et relations sociales au Sahara – L’exemple des pasteurs nomades maures de Mauritanie

On sait que le devoir d’hospitalité est une règle d’or dans le désert, mais on sait moins à quel point le rôle qu’y joue l’alimentation est codifié : la relation d’hospitalité, créée dès le premier aliment ingéré par le visiteur, dure pendant « les trois jours nécessaires à la digestion des nourritures symboliques ».

Dans ce texte passionnant sur la Mauritanie, l’anthropologue Sébastien Boulay nous décrit la vie quotidienne des éleveurs maures, leur ordinaire constitué de céréales et de lait en abondance, leurs méthodes pour conserver et transformer lait de vache, de brebis, de chèvre ou de chamelle, notamment une technique très particulière qui consiste à enfouir dans le sable, enveloppés dans du tissu, des morceaux de lait caillé, qui deviendront en 24 heures très secs et se conserveront jusqu’à la saison chaude, au moment où la végétation est rare et où les troupeaux, fatigués, donnent peu de lait.

Ce texte décrit également une institution originale de régulation des diètes saisonnières et des moments d’abondance, la geytna des dattes et du poisson (le mulet jaune), lieu privilégié d’expression et de reproduction des rapports sociaux de hiérarchie et périodes de cure à visée diététique qui s’inscrivent actuellement pour certains citadins dans des démarches de loisirs doublées de logiques de retour aux sources.
Peuple de pasteurs, la Mauritanie a connu en effet au cours des dernières décennies un phénomène de sédentarisation et d’urbanisation important du fait de la croissance de la population et de grandes sécheresses : traditions et mutations dans l’alimentation et les relations sociales y sont particulièrement intéressantes à observer.

Lire le texte de Sébastien Boulay

Sur des thèmes proches, vous pouvez lire dans notre site :
– sur « Le lait, les Peuls, l’Afrique », plusieurs textes d’interventions présentées lors d’un partenariat de l’Ocha avec les Cafés Géo
– sur la Mongolie, un autre peuple de pasteurs de tradition millénaire. un texte de Sandrine Ruhlmann sur « Les «nourritures enveloppées» du Mois blanc : nourritures de fête du nouvel an lunaire en Mongolie » .
deux textes de Isabelle Bianquis sur les produits laitiers en Mongolie

Image : Famille en déplacement – Crédits photo : Sébastien Boulay