Ouvrages

Histoire de la vigne et du vin en France

Des origines au XIXème siècle

Les Français aiment voir, dans les vertus de leurs vignobles, l’effet d’un privilège naturel, d’une grâce particulière accordée à la terre de France, comme s’il y avait plus d’honneur, pour notre pays, à recevoir du Ciel que de la peine des hommes cette renommée viticole où nos ancêtres ont trouvé un sujet de fierté collective avant même que ne se fût éveillé en eux le sentiment d’une patrie française…

Roger Dion montre dans ce livre que la géographie physique est souvent impuissante à expliquer pourquoi les premiers planteurs de vigne ont préféré telles régions plutôt que telles autres. Ainsi l’extension du vignoble en Gaule a très souvent des causes politiques liées à l’évolution de l’Empire romain.

Protégé par le christianisme, le patrimoine vinicole gallo-romain survit à l’effondrement de l’Empire et donne, à partir du XIème siècle, le spectacle d’un magnifique renouveau. En 1500, il y avait déjà longtemps que les parties les plus précieuses du vignoble français actuel étaient implantées et acclimatées. La période qui suit se caractérise par la glorieuse ascension du « champagne », la disparition de certains grands crus (Paris, Orléans) et le développement d’une forme de viticulture qui s’emploie à satisfaire les besoins populaires.

L’auteur analyse longuement les conflmits où les adeptes de cette viticulture inférieure s’opposent aux producteurs de vins de qualité – conflit permanent, dont les vicissitudes pnt d’étroits rapports avec les événements politiques, notamment ceux de la Révolution de 1789.

La description de cette longue suite d’ambitions, d’entreprises et des succés à laquelle la France doit avoir hérité d’un vignoble sans égal permet aussi au lecteur d’appréhender de manière nouvelle le devenir de toute une civilisation.