Compte-rendus

« Littérature et gastronomie : Les mots à la bouche »

Couverture du Magazine littéraire de novembre 2008 Ce dossier du Magazine Littéraire de novembre 2008 sur « Littérature et gastronomie » fait tout pour nous mettre les mots à la bouche en nous invitant à revisiter une « éternelle passion française » : la France en effet, si elle n’a pas inventé la cuisine, fut la première à coucher sa passion culinaire sur le papier, comme le rappellent Evelyne Bloch-Dano et Sandrine Filipetti. Littérature gastronomique d’une part, depuis d’illustres manuscrits tels que Le Viandier de Taillevent (XIIIè siècle) et Le Mesnagier de Paris (fin du XIVè siècle) jusqu’à l’essor de la littérature gourmande et à l’installation de la critique gastronomique comme genre au XIXè siècle avec Grimod de la Reynière (1757-1838) et son Almanach des Gourmands et Brillat-Savarin (1755-1826) et sa Physiologie du Goût. Ecrivains introduisant la science de gueule dans leurs écrits d’autre part : Rabelais, diététicien plus que gastrolâtre (ne pas oublier qu’il était à la fois médecin et grand satiriste, comme le rappelle Mireille Huchon), les libertins (Sade, Casanova : un article de Chantal Thomas), Balzac, Flaubert, Zola et autres écrivains réalistes (un article de Henri Mitterand), Proust bien sûr et sa madeleine, Proust pour qui le texte devait « rendre son jus » (article de Anne Borrel) … Ajoutons y ceux qui pratiquent avec talent le mélange des genres tels que Alexandre Dumas et son Grand Dictionnaire de la Cuisine (récemment réédité par Phébus) ou, plus prés de nous, Joseph Delteil et sa Cuisine paléolithique (1964), plus sympathique que le régime préhistorique censé pour certains incarner la diète idéale … Il y a bien là matière à philosopher, ce que le Magazine Littéraire a prévu avec une interview de Michel Onfray, fondateur de l’Université populaire du goût dans sa ville natale normande d’Argentan. Ce dossier « Littérature et gastronomie » nous propose de regarder aussi ce qui se passe au-delà des frontières françaises. Maggy Bieulac-Scott a lu ce dossier en partant de la fin avec un intérêt particulier pour l’article de François Simon rendant un hommage bien mérité à M.F.K. Fisher et celui de Laure Murat sur Adrienne Monnier et Sylvia Beach, deux libraires mythiques « joyeuses épicières du verbe ».
Lire le compte-rendu de lecture

Sur littérature et gastronomie, l’Ocha vous conseille de lire aussi :

– Dans le site lemangeur-ocha.com, deux articles de Marie-Christine Clément :

– Ailleurs sur la toile :