Ouvrages

Relations homme-animaux, lait, produits laitiers, élevage

Art rupestre et préhistoire du Sahara

Publié le 27/01/2006
Éditeur : Payot et Rivages
Nombre de pages : 612

Le plateau du Messak, en plein Sahara libyen, correspond à un énorme « blanc » sur les cartes. Pourtant, au siècle dernier, quelques explorateurs, s’y étant aventurés pour aller à Tombouctou, avaient signalé des « pierres écrites ». A leur suite, les rares préhistoriens et voyageurs ayant arpenté le légendaire pays des Garamantes y décrivirent aussi des splendeurs.

En 1978, Jean-Loïc Le Quellec, jeune anthropologue, décide d’en avoir le coeur net. Parcourant des vallées encaissées qui ne sont pénétrables qu’à pied, par des températures dépassant parfois les 50°C à l’ombre, il relève patiemment un éblouissant témoignage sur la vie quotidienne au Néolithique.

Lions, éléphants, buffles, hippopotames et crocodiles y côtoient des scènes pastorales, alors que des personnages vêtus de robes finement décorées suivant des b?ufs sellés et parés, non loin de moutons broutant paisiblement. Ailleurs, des hommes à masques animaux illustrent les rituels d’une population de pasteurs chez lesquels la chasse tenait une place importante. Plus loin, d’inquiétants géants à tête de lycaon, monstrueux, irréels, armés de haches ou de poignards, accueillant le voyageur d’un rictus étrange.

S’appuyant sur un corpus de 10 000 documents, Jean-Loïc Le Quellec reconstitue le mode de vie des graveurs, retrouve une part de leur mythologie et parvient à identifier leur langue. Cet ensemble unique dans le subcontinent permet d’apporter un éclairage inédit sur la préhistoire de l’Afrique.

Jean-Loïc Le Quellec est diplômé de l’Ecole pratique des hautes études (paléoécologie du quaternaire) et docteur en anthropologie, ethnologie et préhistoire. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont Symbolisme et art rupestre au Sahara central (L’Harmattan, 1993), et ABCdaire des déserts (Flammarion, 1997).