Texte

Julia csergo

Le « Repas gastronomique des Français » inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco

Qu’est le « Repas gastronomique des Français » qui a été inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco le 16 novembre 2010 ? Pourquoi est-ce ce « Repas gastronomique » et non pas la gastronomie française ou plus simplement le repas auquel nous sommes tant attachés ? Quel rapport avec la Fête de la Gastronomie dont la première édition est annoncée pour le 23 septembre ? Faut-il regretter que des produits emblématiques de notre patrimoine alimentaire, tels que foie gras, fromages, vins et tant d’autres ne bénéficient pas de la consécration de l’Unesco ? Que signifie cette notion, encore assez mystérieuse pour nombre d’entre nous, de patrimoine culturel immatériel ? Quel est l’intérêt de cette démarche, quelles en sont les contraintes, comme s’est-elle déroulée ? Et que faut-il en attendre ? A patrimoine immatériel, bénéfices immatériels ?

Autant de questions qu’analyse et clarifie pour nous Julia Csergo, historienne à l’université Lyon 2, spécialiste des questions de cultures et de patrimoines alimentaires, qui a été chargée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche de la responsabilité scientifique et de la rédaction du dossier de candidature de la gastronomie française au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Les familiers du site de l’Ocha ne seront pas surpris de découvrir cette nouvelle approche du concept de patrimoine qui considère :

d’une part, que les pratiques de la vie quotidienne, les modes de vie, les représentations du monde, les coutumes et les traditions, les savoirs faire et les techniques sont des patrimoines autant dignes d’intérêt que les héritages matériels, nobles et élitaires,
d’autre part, que les patrimoines ne sont pas des objets morts qui témoignent d’un passé révolu, et dont la « muséification » morbide préserve l’authenticité et le lien inentamé avec l’origine, mais qu’ils sont des formes de créations collectives, des pratiques basées sur une tradition vivante qui se recrée et s’adapte, par la transmission, de génération en génération,
enfin que, au-delà de la réponse qu’elles apportent aux besoins biologiques, les pratiques alimentaires constituent des pratiques culturellement élaborées par les groupes humains tout au long de leur histoire, organisées autour d’une chaîne de savoirs et de savoir-faire partagés qui va de la production et de la transformation des matières premières à l’acte de consommation et constituent un tout indissociable et cohérent par lequel chaque homme renouvelle quotidiennement sa relation à soi, aux autres, à la nature, à l’univers.

Et si ce « Repas gastronomique des Français » incarnait un certain art du vivre ensemble, peut-être même une idée du bonheur ?

Lire le texte de Julia Csergo Le « Repas gastronomique des Français » à l’Unesco.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’Unesco :

http://www.unesco.org/new/fr/unesco/

Lire aussi dans notre site :

le texte « Nostalgie du terroir » de Julia Csergo.

« Faire la cuisine, analyses pluridisciplinaires d’un nouvel espace de modernité », sous la direction de Geneviève Cazes-Valette : http://www.lemangeur-ocha.com/sciences-humaines/publications-de-locha/detail/auteur-ouvrage/0/faire-la-cuisine-analyses-pluridisciplinaires-dun-nouvel-espace-de-modernite/disp/