Ouvrages

Penser manger

Alimentation et représentations sociales

Le chercheur en sciences humaines, mais aussi le praticien qui intervient à titre professionnel dans le jeu d’acteurs compliqué de l’alimentation (médecins, pouvoirs publics, industries, médias, consommateurs, experts…) trouveront ici une description détaillée de la structure, du contenu et des variations des représentations sociales et des comportements alimentaires de la population française contemporaine. Ces descriptions s’appuient sur l’exploitation d’un matériau empirique considérable (plusieurs enquêtes lourdes du Crédoc, sur des milliers de personnes, l’analyse de 500 définitions de dictionnaire avec des méthodes nouvelles dans la discipline…).

Au-delà de cet apport descriptif, on s’attache à expliciter concrètement, au niveau individuel et social, les mécanismes qui lient la pensée à l’action. Pour cela, la théorie des représentations sociales est ici formalisée d’une manière calculable , et examinée dans une perspective fonctionnelle (que font les gens avec leurs représentations ?). Cela permet de rendre compte, en passant, de la diversité des représentations observée dans une population, des aspects magiques de diverses croyances alimentaires, et surtout de la coordination sociale des comportements.

On propose enfin quelques hypothèses sur les lois de développement culturel des représentations, notamment celle du trophisme (développement par l’usage des aspects les plus utilisés), et sur l’écologie des représentations sociales en tant que populations de représentations individuelles. Ces hypothèses jettent un pont avec plusieurs autres disciplines des sciences humaines.

Au carrefour des sciences de l’homme et de la vie, la psychologie sociale a développé un domaine propre : celui de la communication, des représentations sociales, de la dynamique des groupes, des émotions collectives et des idéologies. Cette collection présentera des ouvrages français, européens et américains qui contribuent de manière originale à la connaissance de ces processus. Elle vise ainsi à marquer la présence et l’identité de la psychologie sociale dans le champ intellecuel.

Saadi Lahlou est chef des Etudes cognitives à la Direction des Etudes et Recherches d’EDF, et chercheur associé au Laboratoire de Psychologie Sociale de l’EHESS.