Ouvrages

Le corps du gourmand

D’Héraclès à Alexandre le bienheureux

Résumé :

Gosier, ventre, lèvre, joues, palais… quelles parties du corps révèlent le gourmand dans la culture européenne ? Notre société lipophobe nous poussera sans doute à souligner l’embonpoint du personnage qui contrevient aux règles de la diététique. Mais l’on pourra aussi scruter ses manières de table et sa gestuelle. Selon que la gourmandise est pensée comme le goût de la bonne chère ou comme le péché de goinfrerie, on valorisera ou dénigrera la corpulence et les attitudes du gourmand. Le gourmet sait choisir les plats, maîtrise tout un art de vivre, tandis que le goinfre se comble la panse en cachette ou sans tenir compte des règles de civilité. On voit par là que le corps du gourmand se construit dans un subtil jeu de relations sociales. De l’Antiquité gréco-latine à nos jours, ce livre décline ces questions dans le temps pour en saisir toutes les évolutions et les différents enjeux politiques, religieux, médicaux ou moraux. Écrites par des littéraires, des historiens et des historiens de l’art, les quinze études rassemblées analysent et interprètent les incarnations de la gourmandise en s’appuyant sur une histoire de l’alimentation et une histoire du corps en plein essor dans l’historiographie actuelle.