Espace presse

CP "Tais-toi et mange !"

Colloque Ocha « Tais-toi et mange ! »

Restaurer la confiance face aux inquiétudes des mouvements anti

Le 22 novembre 2016

Le colloque « Tais-toi et mange ! » organisé par l’Ocha, en partenariat avec SCC ( Stratégie et Communications Collectives) l’association des interprofessions, a réuni plus de 400 personnes. Les résultats d’une étude exclusive ( OCHA- Université de Toulouse- CREDOC) sous la direction scientifique de Jean-Pierre Poulain ont révélé que les inquiétudes alimentaires générales ont légèrement baissé depuis 2013. En revanche, elles ont évolué et ne se réduisent plus aux risques sanitaires. Elles reflètent une remise en cause des modes de production, du système agricole, des process industriels et s’appuient sur des préoccupations sociétales comme le bien-être animal ou l’environnement. Les générations 15-25 ans et 25-35 sont les plus radicales en étant très représentées parmi les inquiets sur les conditions d’élevage, le bien-être, la pollution, et la problématique des intrants chimiques dans l’agriculture.

Autour de chercheurs en sciences humaines et sociales, les résultats de cette étude et les interventions sur la proximité de l’anti-vaccin avec l’anti-alimentaire, la complexité de la triade « industriel, naturel, artificiel », et les nouvelles postures politiques et morales radicales associées à des choix alimentaires d’exclusion ont animé les débats et conduit les interprofessions à progresser dans la compréhension des inquiétudes alimentaires, à prendre en compte la légitimité des questions des consommateurs, à réfléchir à de nouvelles méthodes et à de nouveaux espaces d’information, à parler d’une même voix et relier les préoccupations collectives aux préoccupations individuelles.

Ce colloque est le premier acte d’une réflexion commune des filières alimentaires, un pas en avant pour continuer ce travail en co-construisant et innovant entre toutes les parties prenantes : les interprofessions avec une mise en cause de certaines de leurs pratiques et le développement d’une meilleure information, les scientifiques dans la communication de leurs résultats, les experts en sciences humaines et sociales dans le cadre d’une expertise repensée et y compris citoyenne, les journalistes dont le métier change avec l’importance des réseaux sociaux.

Ce colloque met en évidence l’immense mutation culturelle en cours que les jeunes générations portent encore plus fortement que les autres classes d’âge de la population française et qu’il nous faut gérer avec inventivité et constance dans le temps .