Compte-rendus

English content

Food, Morals and Meaning: The Pleasure and Anxiety of Eating

Parler de manger en bien ou en mal, c’est penser l’alimentation en termes de morale, une morale aujourd’hui laïque que fonde et renforce le discours nutritionnel. C’est vrai en Australie, pays d’origine de John Coveney, des USA et de la Grande-Bretagne où son ouvrage a été bien accueilli par les chercheurs, c’est moins répandu mais en progression en France du fait de la médicalisation de l’alimentation sous l’effet du PNNS – Programme National Nutrition Santé – dont la 3e édition est en préparation.  Les travaux de Coveney s’inscrivent dans un courant scientifique anglo-saxon en plein essor, celui de la critique sociale et culturelle du discours nutritionnel. Deborah Lupton, John Germov et Lauren Williams participent également à ce courant en Australie. Le cadre théorique de Coveney s’appuie sur les travaux de Michel Foucault sur le pouvoir, l’éthique et le développement historique du discours nutritionnel. La nutrition moderne, science en apparence objective et dénuée de présupposés moraux, apparaît comme une technologie de pouvoir qui "objectifie" les corps et constitue les sujets en objets. Coveney montre que, au lieu d’opposer une résistance au discours nutritionnel, la contre-culture et les mouvements contestataires des années 1960 l’ont renforcé et ont même ouvert de nouveaux espaces au développement de la nutrition. Et il analyse les paysages nutritionnels contemporains à travers les discours sur le surpoids et l’obésité des enfants qui aboutissent à les classer en trois catégories : enfants malades, enfants à problèmes et enfants "innocents" …

Lire le compte-rendu de "Food, Morals and Meaning : the Pleasure and Anxiety of Eating" par Christy Shields

Sur le même thème ou des thèmes proches , voir dans notre site
- Manger magique, sous la direction de Claude Fischler, aux Editions Autrement

- Pensée magique et alimentation aujourd’hui, N° 5 des Cahiers de l’Ocha

Penser l’alimentation, entre imaginaire et rationalité, de Jean-Pierre Corbeau et Jean-Pierre Poulain