Texte

« Cycle agricole, cycle de vie, relations intercommunautaires et sociabilité alimentaire au Ladakh central »

Dans les montagnes du Ladakh, entre Himalaya et Karakoram, l’alimentation est révélatrice de l’importance croissante du communautarisme et de sa logique de séparation entre populations de religions différentes.
Dans cette région isolée rattachée à l’état fédéral indien du Jammu et Kashmir, il y a toujours eu une étroite correspondance entre les activités agricoles et les rites de passage : « Les rites funéraires, c’est l’hiver car le froid fait mourir les vieux. Les rites de naissance, c’est au printemps et au début de l’été car c’est en automne et en hiver que les bébés sont fabriqués. Les rites de mariage, c’est en septembre et en octobre car il faut que les récoltes soient finies pour pouvoir installer les tentes dans les champs et pouvoir préparer les nourritures de fête en quantités suffisantes. » Aussi bien les travaux agricoles que l’organisation des rituels ont longtemps reposé sur l’entraide et le partage entre voisins. Mais les voisins ne sont plus ce qu’ils étaient ! La primauté est à l’appartenance religieuse : les échanges de services et les dons de nourritures entre voisins sont réduits au minimum, voire plus si affinités, mais ils sont de moins en moins obligatoires et le lien social s’en trouve fragilisé.
Anne Delaballe, anthropologue, décrit les activités liées au cycle agricole et au cycle de vie et nous montre, à travers des exemples concrets, comment l’appartenance à un même espace social n’est plus significative de l’organisation des rapports sociaux. Des exemples qui illustrent particulièrement bien comment les normes se superposent, entrent en conflit et peu à peu se recréent.

Lire le texte « Cycle agricole, cycle de vie, relations intercommunautaires et sociabilité alimentaire au Ladakh central »
Lire sur des thèmes proches :
– Sur les religions et l’alimentation, les abstracts du colloque « A croire et à manger », organisé par l’Association Française de Sciences Sociales des Religions avec l’Ocha et le CNRS, les 6 et 7 février 2006, à Paris
– Sur les normes alimentaires, leur évolution et leur superposition : « Des normes à boire et à manger », compte-rendu de lecture du Journal des Anthropologues n°106-107 par Virginie Lanouguère-Bruneau
– sur l’éducation alimentaire des enfants dans une population d’Asie du Sud Est : « Apprendre en mangeant : les enfants et l’alimentation à Ban Nakham (Laos) »