Le site de l'Ocha a évolué. La page que vous demandez n'existe plus. Nous vous proposons alors la page suivante qui s'y rapproche.
Il est possible que celle-ci ne corresponde pas tout à fait ce que vous recherchez. Nous vous invitons alors à naviguer sur notre nouveau site afin d'y trouver l'information souhaitée. Bonne consultation.

Ouvrages

A la une - Nourrir de plaisir

Nourrir de plaisir

Régression, transgression, transmission, régulation ?

Ouvrage collectif sous la direction de Jean-Pierre Corbeau, professeur de sociologie de la consommation et de l’alimentation à l’Université François Rabelais de Tours.

Ce numéro 13 des Cahiers de l’Ocha constitue les actes du colloque des 3, 4 et 5 avril 2008 à l’Université François Rabelais de Tours.

On oppose trop facilement la notion de plaisir à celle de « régulation sociale » des comportements alimentaires et à celle de santé. On entérine ainsi des hiérarchies de valeurs héritées de trajectoires éthiques et religieuses, teintées d’un certain puritanisme, selon lesquelles le plaisir serait incompatible avec la surveillance et le contrôle de soi.

Comme si le plaisir conduisait nécessairement à l’excès… D’ailleurs sur toutes les étiquettes des aliments « plaisir » on met en garde – et de façon récente pour certaines de ces catégories d’aliments – contre les abus de leur consommation. Or, le plaisir gustatif participe à la construction identitaire de la personne dès notre naissance et peut être même dans le ventre maternel. Il marque les bons moments des interactions qui contribuent à nous former depuis notre enfance.

Le plaisir accompagne les sociabilités alimentaires à différents âges de la vie dans la quotidienneté « ordinaire », à domicile ou hors domicile, lors de temps festifs ou de rituels plus innovants (voire transgressifs) de la sphère privée, de l’espace collectif ou de la sphère publique. Il s’imbrique dans la construction identitaire.

Le plaisir gustatif, enfin, doit être intégré dans les éducations alimentaires non comme un temps de « récompense » succédant à la déconstruction nutritionnelle et à l’incorporation rationalisée d’un aliment, mais comme une dimension hédoniste nécessaire à l’épanouissement de soi, au « bien-être » fortifiant la civilité. Les représentants des sciences humaines et sociales réunis par Jean-Pierre Corbeau nous donnent des clefs pour comprendre le rôle essentiel que joue le plaisir de se nourrir dans l’histoire et aujourd’hui.