Chapitre

Partager la supervision diététique de l’alimentation : le nouveau combat des femmes suédoises

Extrait

« Faire la cuisine et “nourrir sa famille” sont présentés comme des caractéristiques clés des identités maternelles et féminines (Charles et Kerr, 1988; Devault, 1998; Murcott, 1983). Le repas quotidien est décrit comme un don d’amour et de dévotion. Les femmes sont censées avoir constamment à l’esprit le souci du bien-être des membres de leur famille et pour objectif premier de répondre à leurs besoins et désirs. Quand ce soin n’est pas récompensé, on dit de la femme qu’elle est frustrée et déprimée. L’étape du «nid vide» quand les enfants ont quitté le foyer et qu’il n’y a plus personne à «materner» devient une expérience pénible (Folkamn Curasi, Hogg et Maclaran, 2001, 2004). C’est du moins ce qu’en dit la recherche internationale. (…) »

Voir le chapitre

Télécharger ce chapitre