Chapitre

Le tajine à la « bouillie bordelaise »

Extrait

« Ceux dont les parents ont migré en France, ceux que l’on appelle maladroitement «la deuxième génération» (De Rudder, 1998) et qui sont dits «Maghrébins», «Arabes», sont, dans le contexte social et politique français, dépositaires d’un processus ambigu face à l’inscription dans la filiation: celle de la difficile identification totale aux parents et celle du complexe héritage d’une mémoire familiale. Plus généralement, ils seraient aussi «sans histoire collective (celle de l’immigration)» et donc absents de l’histoire nationale de la France (Blanchard, Bancel, Lemaire 2005) (…) »

Voir le chapitre

Télécharger ce chapitre