Chapitre

Des invariants du régime carné.

Extrait

« Des diverses situations où l’on peut se demander lequel, de l’homme ou de l’animal, nourrit l’autre, je ne retiendrai ici que le cas de figure qui nous est le plus familier : celui où ce sont les humains qui se nourrissent de produits animaux ou, si l’on préfère, où ce sont les animaux qui, volens nolens, nourrissent les humains. Et en lui appliquant de surcroît une double limitation : à notre propre société, et aux animaux dits ‘de boucherie’. L’objectif est de mettre en lumière quelques traits fondamentaux de notre régime carné, et d’en indiquer la cohérence et la portée. (…) »

Voir le chapitre

Télécharger ce chapitre