Chapitre

« Défendre son bifteck » : le rapport à la viande entre mutation et permanence.

Extrait

« Parmi les aliments les plus largement consommés, la viande occupe – sur le plan nutritionnel comme sur le plan symbolique – une place sans équivalent dans la plupart des sociétés humaines. De nombreux travaux en anthropologie de l’alimentation tendent en effet à démontrer que la viande constitue l’un des aliments les plus universellement recherchés et valorisés par l’homo sapiens(Fischler, 2001). Au cours de l’histoire, la consommation de produits carnés a effectivement été jusqu’à une période récente le marqueur symbolique de la prospérité relative d’une société et/ou de groupes socioéconomiques spécifiques. (…) »

Voir le chapitre

Télécharger ce chapitre